La neuropsychologie, à quelle fin ?!

La neuropsychologie, c’est quoi ?

La neuropsychologie représente l’étude des relations entre le fonctionnement du cerveau et les comportements sous-jacents. Par comportement, on entend tant actes volontaires qu’involontaires. Le cerveau est communément analogue à une immense carte routière où des connexions sont modulables tout au long de la vie, ce qui modifie les comportements, les apprentissages (que ça soit chez le petit enfant, l’enfant, l’adolescent, l’adulte ou même la personne âgée).

La réalisation du bilan neuropsychologique s’apparente à l’évaluation et l’orientation à visée diagnostique des fonctions de haut niveaux (à savoir, le raisonnement global intellectuel, les fonctions mnésiques, attentionnelles, exécutives, instrumentales,…)et permet justement de rendre compte, de manière objective, d’éventuels déficits ou de faiblesses, traduits par la présence des troubles acquis (le développement antérieur est normal) ou de troubles du développement, appelés troubles des apprentissages.

Ces troubles peuvent être consécutifs à une lésion cérébrale (pathologie in utero, traumatisme, AVC, cadre épileptique,…) ou générer eux-mêmes une atteinte lésionnelle. On comprend dès lors également l’importance de la rééducation (individuelle et personnalisée); si elle ne prend pas rapidement place, de nombreuses affections au niveau du système nerveux central se mettent progressivement en place, maintenant, voire aggravant les troubles à court et long terme. A contrario, une rééducation, la plus précoce possible, permet d’aller à l’encontre des mécanismes neurologiques défaillants et de restituer les composantes cognitives et comportementales affaiblies.

La neuropsychologie, pour quel public ?

La neuropsychologie cognitive est un domaine davantage sollicité et en expansion parmi la population adulte et sénile, en partie depuis que le concept de neuroplasticité s’est imposé, ces dernières décennies, pour rendre compte des modifications structurales et/ou fonctionnelles du cerveau en réponse aux stimuli de l’environnement. En effet, il a été minutieusement démontré que les mécanismes neuronaux répondaient sensiblement aux changements tout le long de la vie. La neuropsychologie prend ici toute son importance principalement dans le cadre de lésions acquises (traumatismes, démences types Alzheimer, Parkinson,…) ou de troubles développementaux tardifs. Ma fonction se centre tant sur l’évaluation que le suivi rééducatif, qui représentent chacun un enjeu fondamental afin de pallier les déficits et/ou de ralentir l’évolution de ces derniers (dans le cadre de démences).

La neuropsychologie de l’enfant, longtemps tributaire des connaissances liées à l’adulte, devient maintenant une neuropsychologie à part entière, puisqu’elle s’ancre au sein d’un processus de construction et de développement continuel propre à la sphère de l’enfance. Afin de comprendre et d’agir sur les raisons des retards et difficultés au niveau du développement scolaire, social, intellectuel, affectif… la neuropsychologie s’inscrit ici dans le cadre de l’évaluation à orientation diagnostique et de la rééducation de difficultés (par exemple, difficultés attentionnelles diverses) ou troubles liés au niveau des apprentissages (dysphasie, dyscalculie, dyspraxie, dyslexie, TDAH, haut potentiel avec profils différents…), de troubles envahissants du développement (TED) spécifiques ou aspécifiques appartenant au spectre autistique, à la psychose infantile,…

Tableau récapitulatif de l’apport de la neuropsychologie :

  • Personne âgée :
  • Bilantage de type évaluation : le bilan neuropsychologique est très contributif au diagnostic clinique des démences
  • Rééducation (coaching) : mise en place de stratégies
  • Suivi psychoaffectif
  • Adulte
  • Bilantage de type évaluation : neuropathologie (héminégligence, hémiparésie ;…), troubles psychiatriques (dépression, schizophrénie…)
  • Bilan QI
  • Suivi psychoaffectif, travail cognitivo-comportemental
  • Enfant (de la prime enfance à l’adolescence)
  • Bilantage de type évaluation : troubles des apprentissages (Hp, Dys,hyperactivité… psychose, autisme…).
  • Rééducation
  • Bilan QI (voir le fonctionnement, fores t faiblesses, et suspicion HP?)
  • Suivi psychoaffectif

Si vous désirez obtenir de plus amples informations ou si vous avez des questions, n’hésitez pas  à contacter le secrétariat. Vous pouvez prendre un rendez-vous par téléphone ou en envoyant un email au secrétariat du cabinet de Psychologue Namur (à l’attention de Gaëlle Janmart).

Logidesk – Agenda professionnel

Logidesk - Agenda professionnel pour le secteur medical et du bien-être